Qu’il est étrange ce monde, et qu’ils sont étranges ces jours, qui sans cesse nous échappent et cependant, continuellement, nous frappent de leur absolue nécessité.

Formellement, on est proche du portrait classique, en buste ou à mi-jambes, visage de profil ou de trois-quarts, et port altier. On sent une attirance forte pour la peinture flamande et ses portraits d’une sobriété virtuose, sur fonds neutres, couleurs mesurées et matières exaltées. Et pourtant, de leurs visages on ne voit rien. Un tissu les recouvre, aux motifs imprimés, aux modèles répétés, qui nous renvoient aux fameuses indienneries de Jouy-en-Josas, aux scènes de Jean-Baptiste Huet. Ce voile les recouvre et nous en cache les traits, inlassablement, toile après toile, succession de rencontres empêchées. Texte de  Grégoire Prangé

17.09.2020 – 31.10.2020
Vernissage. 17.09.2020 / 16:00 – 21:00
M
ardi – jeudi / 14:00 – 19:00
Vendredi – samedi / 11:00 – 19:00
ou sur rendez-vous
Plus d’information.