Peter Johansson détourne des symboles du patrimoine suédois, et endosse, avec une outrance qui ne craint pas le ridicule, les costumes de figures tutélaires nationales. Au sein d’un univers visuel fort à la limite du kitsch, il pose des questions éminemment actuelles. Où se situe la frontière entre être fier de son pays et être nationaliste ? À qui appartient le patrimoine culturel et qui a le droit de se l’approprier ? À quel point les emblèmes nationaux sont-ils gravés dans le marbre ? Enfin, quels symboles ou images sont à même de représenter une nation et qui en décide ?

En prenant l’exemple de la Suède, Peter Johansson prescrit à chacun d’entre nous une thérapie nationale et nous incite à réfléchir aux différentes images d’un pays et à ce qui se cache derrière. L’Institut suédois, naturellement concerné par le sujet, complète l’exposition par plusieurs événements début 2020.

En partenariat avec Nationalmuseum et avec le soutien de Swedish Art Council.

Entrée libre.

 

Activités parallèles à l’exposition :

14.11.2019 / 18:00 – 20:00 : Vernissage en présence de l’artiste 

29.02.2020 / 17:00 :  Table-ronde en anglais entre Peter Johansson, Morgan Labar et Sinziana Ravini

05.02.2020 / 19:00 : Projection du film Amatörer de Gabriela Pichler 

13.02.2020 / 19:00 Les mots et les frontières : comment des écrivains abordent les questions du nationalisme et les Autres ? Plus d’informations à venir.